Wiki Rath www.wiki-rath.org on behalf of Dr. Matthias Rath and the Dr. Rath Health Foundation

Wikipédia

Une soi-disant "Encyclopédie gratuite" contrôlée par des groupes d'intérêt particuliers

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Présentation de "MastCell"

Dès ses toutes premières publications en août 2006, "MastCell" a clairement affiché que son intérêt premier et sa principale banque de données étaient la pratique de la médecine orientée vers la pharmacie.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Consolider le statu quo

Wikipédia : Un accès gratuit à toutes les connaissances humaines ou seulement un autre moyen de consolider le statu quo?

Pour en savoir plus, cliquez ici.

La connexion Soros

L'un des partisans les plus importants de la Wikimedia Fondation est le soi-disant "Open Society Institute" (Institut pour une Société ouverte), fondé par George Soros, président du Soros Fund Management LLC.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Faits et fiction dans les attaques
de Wikipédia à l'encontre du Dr Rath

Le précurseur politique de Wikipédia est la machinerie de propagande du cartel pétrolier et pharmaceutique dans les années 1930 en Allemagne. Cet instrument, sponsorisé par BAYER, BASF et HOECHST, dont l'association a, par la suite, donné naissance au tristement célèbre cartel pétrochimique et pharmaceutique IG-FARBEN, a permis de tromper l'ensemble de la société allemande sur la véritable nature de la coalition entre les nazis et IG-Farben. La photo ci-dessus montre le siège de l'entreprise IG-FARBEN à Francfort.

Wikipédia est un outil de propagande moderne qu'utilise le statu quo, à savoir le cartel pétrolier et pharmaceutique.

Ce dernier propose au monde des marchandises dépassées (la pétrochimie pouvant être remplacée par les énergies renouvelables) et extrêmement dangereuses (les produits pharmaceutiques toxiques pouvant être remplacés par des méthodes de soins naturelles basées sur des faits scientifiques).

Dans sa lutte pour survivre économiquement et se faire accepter socialement, le cartel pétrolier et pharmaceutique a détourné les médias modernes, y compris Internet.

Dans le cadre de sa stratégie frauduleuse, ce cartel ne révèle pas sa véritable identité, ni ses intérêts économiques, mais se cache derrière des soi-disant "médias sociaux", des "encyclopédies ouvertes" et autres artifices.

Les "chemises brunes" nazies des années 1930 ont servi de modèle pour les "mouvements" actuels dirigés par le cartel pétrolier et pharmaceutique. Agressives dans leur langage et dans leurs actes, ces personnes n'avaient qu'un objectif : déstabiliser la démocratie et préparer la domination absolue du cartel sur le monde entier.

L'appareil de propagande nazis/cartel, qui inclut la presse écrite, les émissions radio et autres est, aujourd'hui, devenu le modèle des médias du cartel pétrolier et pharmaceutique, y compris Wikipédia. Leur objectif commun est le suivant:

Les "chemises brunes" nazies des années 1930 ont servi de modèle pour les "mouvements" actuels dirigés par le cartel pétrolier et pharmaceutique.

  1. Tromper les gens en ce qui concerne les alternatives à la dépendance du monde à l'égard du cartel pétrolier et pharmaceutique.
  2. Lancer des attaques irrationnellement agressives et diffamatoires à l'égard des "pionniers du changement", y compris le Dr Rath.

Les méthodes de propagande des marionnettes du cartel pétrolier et pharmaceutique sont les mêmes aujourd'hui que celles d'Hier. Toute tentative de correction des affirmations assurément fausses concernant le Dr Rath sur Wikipédia est immédiatement stoppée par des gardes-chiourmes anonymes, spécialement chargés du contrôle de toute information concernant les "pionniers du changement".

Tel est l'arrière-plan concernant les informations de Wikipédia au sujet du Dr Rath. Comme vous allez le voir plus loin, l'article de Wikipédia sur le Dr Rath est constitué d'une toile savamment tissée de demi-vérités, de déformations délibérées et de véritables mensonges. Produit de soi-disant "éditeurs" comme MastCell et Keepcalmandcarryon, son objectif est de jeter le discrédit sur le Dr Rath et, ce faisant, de défendre le monopole de l'industrie pharmaceutique, dont le chiffre d'affaires annuel est de plusieurs milliards de dollars. Afin de rétablir l'équilibre, les informations contenues sur ce site sont destinées à toute personne intéressée par les faits.

  1. Le développement de la Médecine Cellulaire va permettre de faire tomber le mur artificiel qui sépare aujourd'hui la biochimie nutritionnelle et la pratique de la médecine.

    FICTION: Les recherches du Dr Rath sur le diabète, les maladies cardio-vasculaires, le cancer et le VIH/SIDA ne "s'appuient sur aucune recherche médicale fiable".

    LES FAITS: Un grand nombre de recherches médicales ont été publiées dans des journaux spécialisés et soutiennent les découvertes scientifiques du Dr Rath en matière de santé naturelle. Vous pouvez lire vous-même, ici et ici.

  2. FICTION: Dans son combat pour la reconnaissance des approches médicales de la Médecine Cellulaire en matière de prévention et de traitement des maladies, le Dr Rath cite des "rapports anecdotiques de succès qui n'ont pas pu être confirmés".

    Images IRM prouvant que les recherches du Dr Rath ont été utilisées avec succès dans le traitement d'une tumeur au cerveau.

    LES FAITS: Des preuves scientifiques documentées prouvent que les recherches du Dr Rath ont été utilisées avec succès pour améliorer la santé des patients. Ces preuves se composent d'images IRM montrant qu'une tumeur au cerveau a disparu, d'images de scanner prouvant le succès du traitement d'un carcinome de la prostate métastasé et d'images de scanners montrant que l'évolution d'une coronaropathie a pu être inversée. De plus, l'Institut de Recherches du Dr Rath a publié des résultats de ces travaux menés avec succès dans les domaines l'arythmie, de l'arthrite, de l'asthme, de l'athérosclérose, du cholestérol, du diabète, des maladies cardiaques, de l'insuffisance cardiaque, de l'hypertension, de la parodontite, des acouphènes, ainsi que d'autres affections.

  3. FICTION: Le Dr Rath "tue des gens en les abusant avec des traitements non reconnus et sans fondement scientifique".

    FLES FAITS: La bibliothèque nationale du site de médecine (PubMed) des États-Unis contient plus de 100 études publiées par le Dr Rath, le Dr Niedzwiecki et leur équipe de chercheurs de l'Institut de recherche Dr. Rath. Publié dans des revues à comité de lecture, leurs recherches fournissent des preuves scientifiques convaincantes de l'innocuité et de l'efficacité de l'approche de santé cellulaire du Dr Rath.

    Particulièrement, en Avril 2015 le Dr Rath et le Dr Niedzwiecki ont publié une étude révolutionnaire dans le American Journal of Cardiovascular Disease révélant que la maladie cardiaque est une forme précoce du scorbut, une carence en vitamine C. Appuyant sur une découverte scientifique faite par le Dr Rath au début des années 1990, la publication de cette étude ouvre la voie vers l'abolition de la maladie cardiaque comme cause de mortalité humaine.

    Les approches du Dr Rath sont en contraste frappant avec les dangers et l'inefficacité des médicaments, dont les effets secondaires sont la troisième plus grande cause de mortalité́ dans le monde industrialisé, juste après les maladies cardio-vasculaires et le cancer !

    Il est bien connu que les médicaments utilisés en "chimio" pour traiter un cancer et développés, à l'origine, à partir du gaz moutarde, une arme de guerre chimique, sont liés aux effets secondaires les plus graves qui entraînent des défaillances d'organes, voire la mort.

    Les médicaments contre le SIDA (les fameux antirétroviraux) ne sont rien d'autre que des substances toxiques utilisées en "chimio" pour le traitement du cancer et développées sous forme de comprimés pour en faciliter la distribution aux pauvres du monde entier.

    L'étude pour l'obtention du brevet de l'AZT fournit la seule preuve des avantages cliniques des antirétroviraux, mais ces avantages ont été de courte durée et accompagnés de graves effets secondaires. De plus, 21% des personnes qui avaient pris de l'AZT ont dû être maintenus en vie par le biais de transfusions sanguines.

    Ces substances extrêmement toxiques sont administrées à des millions de personnes souffrant de déficience immunitaire dans les pays en voie de développement (cependant le but primaire de ces médicaments est la destruction du système immunitaire).

    Etant donné que les antirétroviraux détruisent le système immunitaire de façon systématique, il n'est pas étonnant qu'aucune étude clinique n'en montre les avantages à long terme pour la santé. En fait, ces substances intoxiquent l'organisme de millions de personnes qui vivent dans les pays en voie de développement et meurent de la même mort horrible que les patients atteints d'un cancer dans les pays industrialisés.

    La vente des antirétroviraux est tout simplement la reproduction, dans les pays en voie de développement, d'un modèle commercial sans scrupules, dont sont victimes les patients atteints d'un cancer et auquel personne, dans le monde industrialisé, ne s'est opposé durant un demi-siècle.

    Au cours de son histoire, l'industrie pharmaceutique est responsable d'un plus grand nombre de morts que l'humanité toute entière.

    Le modèle commercial de la branche d'investissement pharmaceutique, qui est en totale contradiction avec l'éthique médicale, se pratique depuis déjà plusieurs décennies. Le Dr Rath a été le premier à déclarer publiquement que l'industrie pharmaceutique est le principal obstacle à la santé humaine.

    Vous pouvez donc facilement comprendre les raisons pour lesquelles le lobby pharmaceutique et son outil médiatique, Wikipédia, cherchent à se venger.

    En fait, accuser à tort le Dr Rath de perpétrer les mêmes crimes que ceux commis quotidiennement par cette industrie avec son commerce d'investissement avec la maladie est un trait caractéristique de la nature corrompue des lobbies pharmaceutiques.

  4. FICTION: En ce qui concerne les formules de micronutriments du Dr Rath, "aucun effet thérapeutique contre le cancer n'a été documenté pour chacune de ces substances".

    En septembre 2005, des scientifiques des Instituts nationaux de la santé du gouvernement américain (ci-dessus) ont confirmé que la vitamine C tue de façon sélective les cellules cancéreuses.

    LES FAITS: Cette affirmation est totalement fausse. Au cours d'une étude, publiée en septembre 2005 dans le "Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA", des scientifiques des Instituts nationaux de la santé ont confirmé que la vitamine C tue de façon sélective les cellules cancéreuses.

    Leurs travaux ont confirmé les découvertes du Dr Rath et de son équipe qui, plus de trois ans auparavant, avaient présenté leurs conclusions lors de la 19ème Conférence annuelle de Miami sur le Cancer du sein" en Floride et qui avaient publié les détails de leur percée scientifique dans "USA Today".

    En 2006, le "Journal of the Canadian Medical Association" s'est intéressé́ de plus près à ces recherches et a publié des informations détaillées concernant deux patients atteint d'un cancer qui avaient été́ traités avec succès avec des compléments nutritionnels et de la vitamine C par voie intraveineuse. Une troisième personne atteinte d'un cancer qui avait suivi un traitement semblable, n'est décédée que sept ans après le diagnostic ; de plus, elle a passé la plus grande partie de ce temps sans gros problèmes de santé, bien qu'elle ait fumé pendant de longues années.

    Dans un ouvrage de référence rédigé conjointement avec son collègue de longue date le Dr. Aleksandra Niedzwiecki, le chef de l'Institut de recherche Dr. Rath, le Dr Rath a résumé 2 décennies de leur
    recherche sur le cancer. Nous vous encourageons à lire ce livre et de juger les preuves par vous-même!

  5. FICTION: Le Dr Rath a affirmé que les vitamines peuvent "guérir" le VIH/SIDA.

    Le Dr Luc Montagnier, ci-dessus, qui a reçu, en 2008, le Prix Nobel de médecine pour la découverte du VIH, s'est prononcé publiquement en faveur de l'intégration de suppléments nutritionnels spécifiques et de micronutriments dans la lutte contre le VIH/SIDA.

    LES FAITS: 9 Prix Nobel ont été décernés pour la découverte des bienfaits des vitamines en matière de santé, dont beaucoup avec une référence explicite à leur rôle dans le renforcement du système immunitaire.

    Celui qui remet en question le rôle des micronutriments dans le renforcement des défenses immunitaires de l'organisme (y compris celles des personnes souffrant d'une déficience immunitaire), adopte une position qui n'a aucun fondement scientifique.

    De plus, le Dr Rath n'a jamais prétendu que les vitamines "soignent" le VIH/SIDA. Bien que Wikipédia tente délibérément de dénaturer ses propos, sa position à ce sujet a toujours été claire et cohérente, à savoir que les micronutriments peuvent inverser le cours de la maladie. A cet égard, il faut noter que des études indépendantes publiées dans des journaux scientifiques spécialisés confirment que les formules de micronutriments présentent des avantages cliniques en cas de VIH/SIDA. Cependant, malgré ces résultats obtenus, l'article de Wikipédia sur le Dr Rath continue de ne pas en faire mention.

    Dans un exemple particulièrement impressionnant qui a confirmé que le Dr Rath a raison, un essai clinique publié en Novembre 2013 a révélé que la supplémentation à long terme avec les multivitamines et le sélénium pour les patients infectés par le VIH au Botswana a réduit le risque de déclin immunitaire et maladie. Publié dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), journal médical le plus largement diffusé dans le monde, il est notable que les patients de cette étude n’avaient pas auparavant reçu un traitement médical d’antirétroviral toxique (ARV).

    Même
    le Professeur Louis Montagnier, qui a reçu le Prix Nobel pour la découverte du VIH, ne laisse plus aucun doute quant à celui qui a tort et celui qui a raison. Au cours d'une interview historique,  donnée en 2009, il a totalement soutenu le point de vue qui est celui du Dr Rath et de son équipe depuis près d'une décennie: les antirétroviraux ne peuvent pas guérir le SIDA ou en inverser le cours. La seule approche scientifique qui peut aider les personnes atteintes de cette maladie consiste en un apport optimal de micronutriments pour renforcer leur système immunitaire.

  6. FICTION: Le Dr Rath a "insinué que ses affirmations bénéficiaient de l'appui de l'Organisation Mondiale de la Santé, de l'UNICEF et de l'ONUSIDA".

    La nécessité de mettre en place, dans tous les pays, des programmes de santé naturelle comme mesure primaire pour lutter contre le VIH/SIDA, est reconnue par les Nations Unies et ses sous-organisations impliquées dans le contrôle de cette épidémie mondiale.

    LES FAITS: Cette affirmation est une déformation délibérée des faits. En réalité, le Dr Rath veut stopper la censure des informations sur la santé naturelle qui permettrait de sauver des vies; dans ce contexte, il a clairement indiqué que la nécessité d'adapter, au niveau international, des programmes de santé naturelle en tant que mesure primaire de lutte contre le VIH/SIDA est reconnue par les Nations Unies et ses sous-organisations impliquées dans le contrôle de cette épidémie mondiale. Si vous voulez en avoir la preuve par vous-même, téléchargez les rapports suivants:

    • CARENCE EN VITAMINES ET EN MINÉRAUX – UN RAPPORT D'EVALUATION DES DOMMAGES AU NIVEAU MONDIAL (UNICEF, 2004) En affirmant catégoriquement que "les carences en vitamines et minéraux affectent un tiers de la population mondiale et jouent un rôle sur le moral, sur l'organisme humain, sur l'énergie et en matière de perspectives économiques nationales", l'UNICEF recommande spécifiquement "d'aller vers les groupes vulnérables, notamment les enfants et les femmes en âge de procréer, et de leur donner des suppléments de vitamines et de minéraux sous forme de comprimé, de gélule ou de sirop qui ne coûtent que quelques centimes par personne et par an".
    • VIH ET SIDA CHEZ LES ENFANTS
      (ONUSIDA, 2002) Ce rapport précise explicitement que "dans les pays en voie de développement, la mise en place de programmes nationaux de distribution de vitamines n'est pas onéreuse et que des efforts devraient être faits pour que tous les enfants, notamment ceux qui sont infectés par le VIH, puissent profiter de ces programmes".
    • BESOINS EN NUTRIMENTS DES PERSONNES AYANT LE VIH/SIDA
      (Organisation Mondiale pour la Santé, 2003, en anglais) Ce rapport fait état de recommandations concrètes en ce qui concerne un apport complémentaire de nutriments aux personnes ayant le VIH/SIDA, comme, par ex., en vitamine A pour les enfants, en fer et en acide folique pour les femmes enceintes ou allaitantes.
    • ALIMENTATION ET VIH/SIDA
      (Comité administratif de Coordination des Nations Unies, Sous-comité de Nutrition, 2001, en anglais). Les recommandations de ce symposium incluent expressément une alimentation améliorée et des suppléments en vitamines. En outre, l'ancien directeur d'ONUSIDA, Peter Piot, a dit clairement : "Toute discussion traitant du sujet très complexe des soins et du traitement des personnes infectées par le VIH/SIDA a été ramené au coût des antirétroviraux. C'est une honte et c'est contre-productif. C'est pour cette raison que je dis ici que l'aspect alimentaire doit être prioritaire en cas de VIH. Je voudrais également faire appel à vous tous, afin que vous vous solidarisiez pour transmettre ce message."
  7. Les antirétroviraux sont toxiques pour la moelle osseuse et les cellules sanguines; ils peuvent provoquer une anémie (perte de globules rouges) et une leucopénie (perte de globules blancs).

    FICTION: En dénonçant les antirétroviraux comme étant des médicaments "toxiques et dangereux", le Dr Rath a "éventuellement mis en danger la vie de milliers de personnes en Afrique du Sud".

    LES FAITS: Les antirétroviraux ne permettent pas une guérison du SIDA et, même après un quart de siècle d'utilisation, il n'existe aucune étude clinique contrôlée à long terme qui prouve qu'ils augmentent la durée de vie. En outre, les antirétroviraux peuvent avoir de graves effets secondaires et provoquer une déficience immunitaire induite par les médicaments. Ainsi, en préconisant des traitements sûrs, naturels et confirmés par des études indépendantes publiées dans des revues scientifiques spécialisées, le Dr Rath et son équipe n'ont pas mis des milliers de vies en danger, mais en ont sauvées.

    Voir également points 3 et 4, ci-dessus.

  8. FICTION: En Afrique du Sud, le Dr Rath a fait des "déclarations fausses et trompeuses" à propos de la Campagne d'action pour les traitements (TAC ou Treatment Action Campaign).

    Le rôle de la TAC était de déstabiliser le gouvernement du Président Thabo Mbeki (ci-dessus) et de livrer le pays au président actuel, Jacob Zuma, une marionnette corrompue de l'industrie pharmaceutique.

    LES FAITS: Lors d'un jugement rendu en mars 2006 par le tribunal du Cap (Afrique du Sud), le juge a déclaré de façon explicite qu'il n'était pas persuadé du fait que les affirmations énoncées ci-dessous et concernant la TAC (un groupe qui fait campagne pour l'utilisation de médicaments antirétroviraux toxiques pour toutes les personnes atteintes du SIDA) soient diffamatoires:

    • La TAC organise des rassemblements de masse en faveur de l'industrie pharmaceutique en payant les participants ;
    • La TAC paie des gens, afin qu'ils participent à des manifestations ;
    • La TAC encourage les gens à prendre des médicaments nocifs pour leur organisme et qui les tueront ;
    • La TAC oblige le gouvernement à dépenser des millions de rands pour l'achat de médicaments toxiques ;
    • La TAC oblige le gouvernement à semer la maladie et la mort parmi la population d'Afrique du Sud ;
    • La TAC déstabilise la démocratie en Afrique du Sud.

    L'objectif organisationnel et le comportement du gang de la TAC en Afrique du Sud sont précisément calqués sur ceux des "chemises brunes" nazies de l'Allemagne des années 1930. Le rôle de la TAC était de déstabiliser le gouvernement du Président Thabo Mbeki et de livrer le pays aux mains de son président actuel, Jacob Zuma, marionnette corrompue de l'industrie pharmaceutique.

    Ce sont exactement les mêmes méthodes que celles qui étaient utilisées par les "chemises brunes": déstabiliser le gouvernement élu de façon démocratique en déclenchant systématiquement des troubles civils, afin que les marionnettes nazies du cartel prennent le pouvoir.

  9. Les activités de la Fondation ont incité le gouvernement d'Afrique du Sud à créer 20.000 jardins communautaires dans tout le pays.

    FICTION: La Fondation du Dr Rath pour la Santé "a distribué des dizaines de milliers de prospectus dans les townships d'Afrique du Sud, zones urbaines pauvres, comme Khayelitsha, où vivent des gens de couleur; elle y affirmait que les médicaments pour lutter contre le VIH étaient du "poison" et incitait les personnes séropositives à les remplacer par des vitamines, comme celles que vend le Dr Rath pour traiter le VIH/SIDA".

    LES FAITS: Il est vrai que la Fondation du Dr Rath pour la Santé a distribué des brochures d'information dans les townships d'Afrique du Sud pour informer les gens des dangers des antirétroviraux et que ces mêmes prospectus exhortaient les gens à les remplacer par des vitamines. C'était une mesure urgente et, dans de nombreux cas, salutaire.

    Ces activités ont, entre autres, incité le gouvernement d'Afrique du Sud à aménager 20.000 jardins communautaires à travers le pays ; des fruits et légumes riches en vitamines pouvaient y être récoltés en vue d'améliorer la santé de la population.

    Le contenu de ces importantes fiches d'information sur la santé publique est documenté, ici, ici et ici.

  10. En fin de compte, "le commerce d'investissement sans scrupules que fait l'industrie pharmaceutique avec la maladie" sera remplacé par un nouveau système de santé publique mondial, dont les principes seront dictés par les besoins de millions de personnes et non par la cupidité d'une poignée d'actionnaires des laboratoires pharmaceutiques.

    FICTION: Selon les estimations, la vente de compléments alimentaires a rapporté des "millions" à la Fondation du Dr Rath pour la Santé.

    LES FAITS: L'ensemble du groupe d'entreprises du Dr Rath appartient à une fondation sans but lucratif. L'objectif de cette Fondation est de faire avancer la recherche, d'organiser des campagnes de sensibilisation en matière de santé naturelle basée sur des faits scientifiques et de mettre sur pied les projets humanitaires qui en dépendent.

    Toutes les activités du groupe d'entreprises du Dr Rath sont à but non lucratif. Il existe ici une différence frappante avec le commerce de l'industrie pharmaceutique avec la maladie pour qui les profits sont plus importants que la vie.

    Pas étonnant que là encore, les marionnettes de Wikipédia du cartel pharmaceutique déforment les faits pour leur faire dire le contraire. Afin de ne pas attirer l'attention sur les pratiques de l'affairisme du cartel pharmaceutique, les lobbyistes de ce dernier accusent les "pionniers du changement" d'imiter son propre comportement inhumain et contraire à l'éthique.

    De par leurs activités strictement non lucratives, le Dr Rath et la Fondation du Dr Rath pour la Santé sont des précurseurs du modèle de système de santé publique du futur. En fin de compte, le "commerce d'investissement sans scrupules que fait l'industrie pharmaceutique avec la maladie" sera remplacé par un nouveau système de soins mondial, dont les principes seront dictés par les besoins de millions de personnes et non par la cupidité d'une poignée d'actionnaires des laboratoires pharmaceutiques.